• Instagram - Black Circle

Atelier Autonome du Livre      2 route du Col de Jau  66500 Mosset      atelierautonomedulivre@gmail.com

C'est avec une joie immense que nous vous invitons à la Maison de la Région (Perpignan)* pour LA PREMIERE EXPOSITION DE YOUNOUSSA DIALLO

ET DJAMBELLA BARRY. Le vernissage a lieu le mercredi 13 février à 18h30.

Nous avions accueillis Djambella et Younoussa cet automne dans le cadre

de notre résidence "En Marge 3 : l'asile, le refuge"** et de son atelier collectif.

A mercredi !

 

Nous avons rencontré Djambella Barry en 2017. Avec d'autres membres du Centre d'Accueil et d'Orientation (CAO) de Vernet-les-Bains, il était venu participer à l'atelier collectif En marge (2) : l'asile, le refuge. Pour la première fois de sa vie, il dessinait. Et même gravait ! Sa linogravure nous a marqué : lorsque nous avons prépublié des extraits du Voyage de la mort de Youssif Haliem dans la revue Jef Klak, son travail a été retenu avec quelques autres.

 

Nous avons retrouvé Djambella et découvert Younoussa Diallo lors d'ateliers artistiques au même CAO l'année suivante. Très doués, tous les deux, c'était évident ! Alors, nous avons décidé de les inviter ensemble pour être les artistes en résidence 2018 d'En marge (3) : l'asile, le refuge.

Dessins, gravures, broderies ! Les deux touche-à-tout ne s'arrêtent plus et font des merveilles.

 

 

Younoussa Diallo est né en Guinée Conakry en 1987. Il a longtemps été mécanicien et chauffeur. Peul, il a dû s'enfuir pour des raisons politiques et des problèmes ethniques. Il a traversé le Sénégal, le Mali, le Burkina, le Niger, la Lybie et L'Italie. Il demande aujourd'hui l'asile en France. "Nos corps sont en France mais nos esprits sont très très loin", dit-il.

 

Djambella Barry a 20 ans. Lui aussi est né en Guinée Conakry. Electricien, il a dû quitter son pays à l'âge de 17 ans après avoir été arrêté pour des problèmes d'origine ethniques et politiques. Il a depuis traversé le Mali, l'Algérie, la Lybie et l'Italie. A l'heure actuelle, il est demandeur d'asile et vit transitoirement au CAO de Vernet Les Bains, qui accueille également Younoussa.

Ce grand gars mince et élégant dessine comme il respire. De son trait léger, mûr et souple, il emplit feuilles ou plaques de linogravure de femmes charnelles, d'hommes en rut. Chez lui, ça danse, boit, baise. C'est drôle et vivant comme une scène de rue ou un café populaire. A la couleur, il devient éclatant ; à la broderie, d'une liberté rare.

 

 

Toujours souriant, dieu du foot, courant comme un cabri selon ses amis randonneurs, Djambella n'a pas encore l'assurance de son aîné. Pourtant, il a le trait sûr qui synthétise, qui humanise. De plus en plus, Djambella brode "direct" et au plus près de la vie. Une aiguille, du fil, et le quotidien apparaît, simple, singulier et touchant : une cafetière, la vue d'une fenêtre, une femme qui nous regarde...

 

La Guinée Conakry est un pays avec beaucoup de ressource minière mais avec de gros problèmes structurels et une corruption devenue endémique. Ses indicateurs sociaux et économiques se sont aggravés ces dix dernières années à cause des crises politiques et sanitaires (Ebola).

 

 

 

S’ajoutent des divisons ethniques et un système éducatif défaillant qui ne propose pas de débouché professionnel, ce qui pousse la jeunesse guinéenne vers le départ pour un avenir meilleur.

 

 

 

Enfin la Guinée Conakry est un pays à forte tradition migratoire où pour certaines ethnies, notamment les Peuls, la réussite peut être liée à la migration. De toutes les nationalités, les mineurs guinéens sont les plus nombreux à demander l'asile en France en 2018.

 

A écouter : « En Guinée, l’Organisation internationale pour les migrations contrôle des frontières et les âmes », dans Grand Reportage par Aurélie Kieffer et Raphaël Krafft, sur France Culture, 56 minutes.

 

 

Pour en savoir plus sur les conditions de parcours et d'accueil des exilé-e-s en France et en Europe, vous pouvez notamment consulter le site de la Cimade et de SOS Méditerranée, rejoindre les collectifs locaux et surtout parler aux exilé-e-s autour de vous !

* La Maison de la Région, 34 avenue du Général de Gaulle, à Perpignan. Exposition gratuite.

** La résidence et les ateliers collectifs En Marge sont soutenus par la DRAC Occitanie, la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée et la mairie de Mosset et possibles grâce à tous les participants, bénévoles et artistes généreux. Merci.